0

Sous-total: 0.00 


Votre panier est vide.

Histoire d’Art Et De Bijoux …

Rechercher les recettes de l ‘art colombien est une tâche passionnante.

Partout, l’ artisanat est présent, aux mille couleurs et mille textures, au travers de son peuple et de son amour de la Terre. Mais la qualité tant recherchée demande du temps, de la passion et un plaisir profond du résultat qui touche la perfection.

Les savoir-faire de tradition redonnent de la valeur aux métiers de la joaillerie. Le luxe consiste à revenir sur l’essentielle beauté du geste et de la matière sublimée.

Résolument contemporain, à la fois urbain et organique, le style Carolina Trujillo s’inscrit dans votre quotidien ou dans des moments d’exception.

Jonathan M. Et La Ligne Mompox

C’est ici que débute l’aventure de Carolina TRUJILLO©.

En tant que marque éthique et socialement responsable, Carolina TRUJILLO© décide avec son équipe de se rendre dans cette ville magique de Mompox pour trouver directement les artisans qui possèdent les valeurs et représenteront l’identité de la marque.

Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de Littérature en 1982, affirmait que la ville de Mompox n’existait pas.

Peut-être parce s’y rendre est une aventure en soi, du fait que la ville se situe sur une île sur la rivière Magdalena, qui servait jadis de réserve d’or et d’argent aux Espagnols.

C’est peut-être aussi pour cela que la ville a su préserver son histoire et son mode de vie.

Deuxième site colombien à être classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, Mompox est une cité coloniale du 16e siècle extrêmement bien préservée et très riche historiquement.

C’est tout naturellement que l’art du filigrane s’est développé à tel point que le filigrane de Mompox est aujourd’hui renommé mondialement.

Après plusieurs jours de recherches, rencontres et échanges passionnants autour de la ville et ses habitants, nous avons constaté une inégalité dans la répartition du marché de l’art du filigrane. Les grandes boutiques du centre-ville, avec leurs vitrines qui attirent l’œil des touristes, s’emparent des marchés nationaux et internationaux les plus intéressants, en laissant de côté les petits artisans.

Jonathan M.

Parmi toutes les rencontres réalisées lors de notre séjour à Mompox, une personne a particulièrement attiré l’attention de notre équipe.

Jonathan M., originaire de Mompox, père de 3 filles et mari dédié à sa maison, a fait ses études d’orfèvre à SENA et a son propre atelier dans sa propre maison. Il se bat tous les jours pour offrir à sa famille une qualité de vie digne et stable.

Avec un savoir-faire remarquable, une finesse qui se reflète dans ses créations et une passion débordante pour son travail et sa famille, Jonathan parvient à s’identifier à nos principes d’équipe et de société et nous fait comprendre que ses valeurs et son style de vie sont centrés sur la préservation générationnelle de cet art et l’importance de partager son temps entre la famille et sa passion.

Savoir-Faire

Le filigrane – du latin filum, fil, et granum, grain – est un ouvrage fait de fils de métal, entrelacés et soudés. Il peut être ajouré ou appliqué (soudé sur une pièce de métal).

C’est une technique d’orfèvre particulière qui utilise un métal noble très pur (or et argent) que l’on étire jusqu’à obtenir des fils très fins. Les fils sont torsadés, laminés et soudés avec des fils plus épais, lesquels donnent la forme générale. La granulation est caractérisée par des soudures invisibles des billes. On obtient alors des objets précieux de par leur matière, leur finesse et leur transparence.

C’est une technique de bijouterie dont les origines incertaines se retrouvent dans les civilisations Égyptienne, Étrusque, Grecque, Romaine et Arabe.

Cette technique aurait été importée par les Phéniciens au XIIe siècle avant J.C. Fort apprécié au moyen âge, on trouve de nombreux exemples dans les objets précieux de cette époque qui sont parvenus jusqu’à nous, notamment dans l’orfèvrerie royale et religieuse.

Arrivée en Amérique du Sud suite à la colonisation espagnole, elle trouve sa BASE dans la ville de Mompox, Colombie.

Ligne Mompox

À Mompox, la vie est bercée par les courants tranquilles du fleuve Magdalena, principale artère fluviale de toute la Colombie.

Son centre historique inscrit au Patrimoine de l’Humanité depuis 1995 par l’UNESCO, fut dès 1540 le refuge de l’Or et de l’Argent prélevés par les Espagnols de leur nouveau royaume.

Découlant d’une tradition indigène ancestrale, la technique de la filigrane à Mompox s’est donc affinée pendant l’époque de la Conquête Espagnole.

Elle demande un travail de précision, une régularité dans l’étirage du fil, de ses torsions et des soudures dissimulées. Ces minces fils de métal, tous en Argent 950/1000 dans notre collection, permet d’obtenir des bijoux de plus ou moins grande taille d’une grande légèreté.

C’est cette difficulté dans la réalisation et la finesse de cette technique qui fait aujourd’hui leur valeur plutôt que le métal qui les compose. Les connaisseurs parleront d’un “effet de broderie”, constituant des bijoux à la délicatesse exceptionnelle telle la collection des Œufs de Fabergé.

Omar H. Et La Ligne Museo

À l’origine, les symboles étaient destinés à cacher aux profanes les vérités sacrées, tout en laissant celles-ci apparentes pour ceux qui savaient les déchiffrer.

Une fois incorporées dans les symboles, ces vérités devenaient transmissibles selon les possibilités de l’esprit et de la sensibilité de chacun.

C’est pour cette communication que le symbole a été choisi par les civilisations anciennes et par les cultures primitives : le concept de symbole leur a survécu mais il a été vivement attaqué par le cartésianisme et le monde moderne.

Omar H.

Pour Omar H., le symbole est « le signe le plus représentatif des civilisations anciennes de toute l’Amérique du Sud. Au delà de ses codes et ses normes, il nous permet aussi de nous rappeler à notre devoir de mémoire ».

Après plusieurs années de recherches et d’études au Musée de l’Or de Bogotà, Omar a acquis la précision du geste. Ses reproductions, reconnues au niveau international, sont les seules pièces autorisées par la Banque de la République, gérant du Musée de l’Or de Bogotà.

Utilisant la technique ancestrale du moulage à la cire perdue, Omar crée des bijoux d’une très grande finesse, et d’un réalisme criant.

Fils d’un conteur – José Próspero H. et de Nohemí P., maitresse de maison, il hérita de sa famille le sens du travail, de la curiosité artistique et l’amour de son pays, son histoire, sa faune et sa flore. Il définit son travail comme de la « Joaillerie en mouvement », car toutes ses pièces expriment mouvement, texture, force d’esprit.

Avec ses trois fils Daniel, David et Andres, et sa femme Dora, Omar parraine la Volière Nationale de Carthagène, intégrant de nombreux enfants et jeunes de la ville au projet. Par le biais d’ateliers destinés à la création d’œuvres d’art, il espère sensibiliser ce jeune public à l’importance de respecter la nature et ses ressources.

C’est par ces valeurs, qui sont celles de notre marque, qu’Omar a su nous convaincre de mettre en place un partenariat exclusif avec Carolina TRUJILLO©.

Ces pièces, pour la première fois présentées en France, seront l’exclusivité de la marque Carolina TRUJILLO©.

Ligne Museo

Dans sa quête de la perfection, Carolina Trujillo a rencontré de nombreux artisans. Omar H. est un orfèvre qui a eu la chance et l’opportunité d’accéder à des centaines de pièces du Musée de l’Or de Bogotá.

Ses bijoux parlent d’eux-même, et racontent les histoires de ces peuples Tayrona, Muisca ou Nariño, dans une Amérique du Sud au seuil d’un bouleversement radical pour leurs modes de vie ancestraux. Ils incarnent leurs dons et leurs rapports avec la Terre et où l’art se mêle pour créer des pièces uniques et rares, symboles de leurs croyances.

On retrouve dans cette collection des références à la nature, au chemin de la vie, aux chamans et leurs rituels sacrés.

Nous présentons ainsi les échos de leur faune et de leur folklore au travers de ces pièces en Argent 925/1000 baignées dans un bain d’or 24 carats.

Orlando C. Et La Ligne El Dorado

L’El Dorado est une cité légendaire, située sur le territoire de l’antique Virreinato de Nueva Granada, où de nombreuses anciennes mines d’or furent découvertes.

C’est en 1547 que prend naissance la légende de l’El Dorado, en Colombie, quand les conquistadors espagnols eurent les échos d’une cérémonie réalisée plus au nord (un haut plateau cundiboyacense), où un roi se couvrait le corps avec de la poudre d’or et réalisait des offrandes dans une lagune sacrée.

On sait aujourd’hui que ce peuple était connu sous le nom de Civilisation Muisca, et l’endroit où la cérémonie était réalisée serait la lagune de Guatavita en Colombie.

La nouvelle de la richesse Muisca et l’existence supposée d’un royaume doré motiva de nombreuses expéditions et ce jusqu’au XIXe siècle, bien que sa localisation fut déplacée depuis la Colombie vers les Guyanes, à mesure qu’avançait le processus de conquête et la colonisation du territoire sud-américain.

Dès lors, la portée de la légende de l’Eldorado n’a cessé de grandir, au point qu’aujourd’hui encore, certains spécialistes pensent que l’une des clés de cette cité d’or se trouverait dans l’une des sculptures en or découvertes en 1977 dans une grotte près de Bogotá : La Balsa Muisca.

Orlando C.

C’est avec ces légendes et histoires dans la tête qu’Orlando C., alors âgé de 10 ans, entre pour la première fois au Musée de l’Or de Bogotà.

Des années plus tard, il décide de créer une petite entreprise familiale afin de présenter à son pays les trésors cachés de l’histoire précolombienne. L’une des valeurs partagées par Orlando et Carolina TRUJILLO© est la solidarité.

Afin de pouvoir créer des pièces pour le public, Orlando fonde alors un atelier où il peut former des mères célibataires aux techniques de création de bijoux artisanaux. La délicatesse et la précision de ces femmes deviennent alors un véritable atout pour Orlando qui, en plus de les former aux techniques de fonte et de façonnage des métaux, intègre aussi des pierres semis-précieuses afin de parfaire ses œuvres.

Jonglant entre quartz translucides et grenat d’un rouge éclatant, il manie l’art de la joaillerie, entre créations originales et reproductions parfaites de certaines pièces de musées.

L’équipe de Carolina TRUJILLO© a eu la chance et le plaisir de visiter son atelier principal, une véritable cave aux trésors où colliers de mille couleurs et boucles d’oreilles fines sont façonnées chaque jour.

Partout dans le monde, des hommes aident d’autres hommes et femmes à avancer. Le courage et la gentillesse de ces personnes méritent l’attention, le respect.

C’est pour cela que nous avons décidé de nous rallier à la cause d’Orlando afin de vous présenter la ligne El Dorado.

Ligne El Dorado

La ligne El Dorado diffère des autres lignes de part son ancrage spécial à la Colombie. Tout d’abord, cette collection met en valeur nombre de pierres semi-précieuses que l’on retrouve en Colombie, telles que l ́œil de tigre, l’améthyste, la cornaline ou l’onyx. Au total, ce sont près de 10 pierres différentes que l’on retrouve dans ces bijoux aux designs variés.

De plus, ici encore, nous pouvons retrouver des reproductions fidèles d’antiquités retrouvées lors de fouilles archéologiques et aujourd’hui exposées au Musée de l’Or de Bogotá.

Du Poporo de Quimbaya jusqu’aux fameux plastrons pectoraux utilisés par les chefs de tribus lors des rituels chamaniques, Carolina Trujillo© vous présente, au travers de cette collection, un ensemble de pièces qui représentent la culture des peuples avant l’arrivée de Christophe Colomb, ainsi que certains symboles forts de la Colombie.

Remerciements

À tous ceux qui nous ont accompagnés dans cet immense voyage.

À nos familles pour leur soutien inconditionnel et leurs conseils avisés.
À nos amis parce qu’ils ont cru en nous.
À Maria Martha, qui nous permet de réaliser ce rêve en nous offrant un appui solide depuis Bogotà.
À Cafui Almeda pour ses conseils inspirés et la motivation qu’elle nous a apportée.
À Florent pour son professionnalisme et son excellence.
À Ophélie pour sa patience et sa créativité.
À nos artisans, pour nous avoir permis d’exposer vos savoir-faire au monde entier.

Et enfin à la France et à la Colombie, car ensemble nous sommes plus forts.

Parce que nous ne serions rien sans vous tous !

Gracias totales !!!

Explorez notre boutique
Découvrir nos bijoux